PUBLICITÉ

February 21, 2017

Top 10 des choses que vous ignorez sur la jouissance masculine

PUBLICITÉ

 

PUBLICITÉ adaccess

À l’ère vibrante du clitoris triomphant, le plaisir masculin, réputé si évident, n’intéresse pas grand monde. Que se passe-t-il vraiment chez un homme quand vous le voyez se pâmer ? Voici dix grands ou petits secrets que vous ignoriez peut-être sur la jouissance masculine…

PUBLICITÉ adaccess
    1. Les hommes préfèrent… les vagins : Selon leurs propres déclarations, la pénétration vaginale est, pour 48,9 % des mâles français, la pratique sexuelle qui leur procure le plus de plaisir. Viennent ensuite les caresses mutuelles (34,5 %), la fellation (12,4 %) et, tout arrive, le cunnilingus (4,2 %). Les plus gourmands en caresses sont les français les plus âgés (41,1 % des 60-69 ans), les plus émus par la fellation sont les plus jeunots (14,3 % des 18-24 ans).
    2. Les hommes peuvent jouir sans éjaculer (ou l’inverse) : Parce que les phénomènes sont concomitants, on assimile souvent l’orgasme masculin et l’éjaculation. Mais l’on se trompe. En premier lieu, certains hommes peuvent jouir sans éjaculer. Deux causes majeures : une malformation organique (le sperme est en fait propulsé à l’intérieur de leur vessie) ou une contraction volontaire du muscle pubo-coccygien, technique qui permet à certains athlètes surentraînés de conserver leur érection après avoir joui. Mais l’homme peut aussi éjaculer sans jouir… Ça, c’est beaucoup plus simple : il suffit de se déconcentrer pile au mauvais moment. La mécanique de l’éjaculation se lance, mais le système nerveux ne suit pas.
    3. Ils n’éjaculent finalement pas tant que ça (en quantité) : Le volume moyen d’une éjaculation est de 4 ml, soit à peu près le contenu d’une cuillère à café. Pour remplir une bouteille de vin (75 cl), il faut donc compter environ 180 éjaculations (et que le mâle vise très bien). Un homme qui s’abstient éjacule davantage de sperme mais, au bout de six jours de chasteté, la quantité n’augmente plus.
    4. Le plaisir masculin se dissout dans le temps : Les hommes en couple depuis moins de deux ans se déclarent à 80% «très satisfaits de leur activité sexuelle». Mais ce taux de satisfaction extrême tombe à 45% chez les hommes en couple depuis deux à cinq ans. Pourquoi cette dégringolade ? D’abord, une cause démographique : une grossesse est souvent venue tout perturber. Ensuite, une raison tristement existentielle : les hommes maîtrisent beaucoup mieux leur plaisir (la fréquence d’éjaculations prématurées occasionnelles et de pannes baisse sensiblement après deux ans), ils en donnent davantage à leur compagne (qui déclarent davantage d’orgasmes vaginaux) et, du coup, ils se mettent à… s’ennuyer.
    5. L’homme n’est pas multi-orgasmique : Après avoir joui, tout homme connaît une période de rémission. Même s’il conserve son érection, il lui est impossible de connaître un nouvel orgasme et d’éjaculer de nouveau avant un temps fini (de 10 minutes à une demi-heure selon les cas), sachant que ce délai s’accroît avec l’âge. La sexologue américaine Beverly Whipple prétend néanmoins avoir étudié le cas d’un homme qui aurait eu six orgasmes en 36 minutes sans perte d’érection. Que prouve l’expérience ? À part que Beverly Whipple a probablement de bons poignets, pas grand-chose ! Chez les hommes normaux, la multiplicité des orgasmes est facilitée par la variété des pratiques. Après une pénétration vaginale accomplie, une fellation, une masturbation ou une sodomie rendront plus facilement sa vigueur et sa capacité explosive à un pénis…
Pour voir la suite de l'article clique sur "Partie Suivante" ci-dessous
PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Related Posts